Culture martiale chinoise

Calligraphie Wu.jpg

Corps, rituel & société

Quels rôles jouent les arts martiaux dans l’histoire et la société chinoise ?

Que peuvent nous apprendre les études du rituel sur la martialité, et vice-versa ?

Dans la Chine d’hier et d’aujourd’hui, les techniques de combat ne sont pas seulement liées aux affaires militaires. Ces savoirs incorporés interagissent de multiples manières avec la médecine, la méditation et une grande diversité de traditions rituelles. Le « martial » (wu) joue en outre un rôle prépondérant dans les modes de gouvernance, comme dans l'art : de la statuaire aux épopées désormais adaptées à l'écran.

 

Or, cette face martiale de la culture chinoise reste bien moins connue que la « culture lettrée » (wen), alors même que Confucius était un noble maîtrisant les arts guerriers de la conduite de char et du tir à l’arc. Des anthropologues, des historiens, des sociologues et des littéraires se rassemblent pour contribuer à structurer ce champ d’étude émergeant, en explorant la notion de « ritualisation de la force vitale » par le biais de ses multiples formes et applications observables sur le terrain, dans l'iconographie et dans les textes rituels et de fiction.

Ce programme de recherche coordonné par Georges Favraud, en collaboration avec Catherine Despeux et Ji Zhe, est le fruit d’une première rencontre qui a eu lieu à l’Université Toulouse Jean Jaurès en octobre 2019. Une journée d’étude distancielle s’est ensuite tenue (après plusieurs reports) en juin 2021, dans le cadre de l’IFRAE (UMR 8043, INALCO, Université de Paris, CNRS).

 

Un colloque hybride prendra place au Musée du Quai Branly, le 12 novembre 2021, dans le cadre de l’exposition « Ultime Combat » sur les arts martiaux asiatiques. S’en suivra un travail de rédaction et d’édition visant la publication d’un ouvrage collectif sur ce sujet inédit en 2022.

Un maître taoïste Zhengyi utilisant l’épée et la coupe d’eau lustrale lors d’un rituel de présentation d’une requête (songbiao) aux divinités, temple des Nuages blancs (Shanghai). © G. Favraud, 2007.

 

Colloque

 

co-organisé par l'Inacc au

Musée du Quai Branly

vendredi 12 novembre 2021

Légendes

 

Scène de rue à Pékin, XVIIe siècle. Avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque nationale de France, Collection France-Chine.

Techniques paysannes du combat avec un banc, lors d’une démonstration des arts martiaux et des rituels du Meishan, par les élèves du maître Yan Xizheng, ville de Xinhua (Hunan). © G. Favraud, 2007.

Deux lycéens s’entrainent à la sanda, au sein de l’école du maître Yan Xizheng (Xinhua, Hunan). © G. Favraud, 2007.

Peinture murale. L’un des dix généraux du Guerrier authentique (Zhenwu), temple du village de Ganhe (Shanxi), 1648. A rosary of walls - murals from rural north China (1500-2018). Avec l’aimable autorisation d’Hannibal Taubes, Université de Berkeley.

Calligraphie "Wu - Martial" par Ji Zhe, 2019, à l'occasion du programme Culture martiale chinoise.

Liu Jian (1886-1956) supervise l'enseignement du xingyiquan dans sa famille, en 1938 à Taigu (Shanxi). Collecté par Laurent Chircop-Reyes.